Complantation des vignes : mettre toutes le chances de son côté

Mes essais de complantation dans les vieilles vignes de 24 à plus de 50 ans d'âge ont commencé en 2011. Sur la parcelle Grenache chevaux, j'ai une forte satisfaction de réussite avec une mortalité limitée à moins de 5%. Il est certain que les plants ne donneront que quelques grappes en 2015 voire 2016. Sur d'autres les mortalités sont liées à des facteurs mulitples : erreurs de jeunesse (tarière mécanique permettant de planter avec les racines longues utilisée en janvier et sans arrosage), qualité des plants (muscat de Hambourg), arrosage insuffisant sur des zones séchantes de la parcelle grenache (oliviers), forte concurrence de l'herbe (binage insuffisant), et certain plants plantés un peu haut (point de greffe haut par rapport au sol).

De la réussite de la parcelle grenache chevaux et des échecs sur les autres parcelles, je peux proposer en ce début d'année 2015,  les recommandations suivantes qui me semblent importantes afin de mettre toutes les chances de votre côté :

  • arracher le cep mort et enlever les racines le plus profond possibe ; le godet vibrant est un plus afin d'éviter le lissage dans les sols argileux et sans pierrosité
  • laisser la terre se regénérer durant 12 mois minimum; mettre du compost dans le trou et mélanger le à la terre.
  • préférer les racines longues 10-15 cm et planter le point de greffe à 2-3 cm de la surface du sol après avoir "rappuyé la terre sur le plant"
  • praliner les plants avec un mélange de terre et de mycorhizes (et avec adjonction de bactéries encore mieux) ; dans l'idéal travailler avec un pépiniériste qui pratique la mycorhization.
  • tester la qualité des plants au niveau du point de greffe (voir le test recommandé par François Dal)
  • arroser aussitôt, ce quelque soit l'état d'humidté du sol et même si des pluies sont annoncées ; répéter cet arrosage dans les 15 jours qui suivent.
  • placer un tensiomètre à la profondeur des racines et un autre vers 50-60 cm : déclencher les arrosages dès 30 cb et ne pas laisser la sonde dépasser 50 cb. Veiller à ce que le tensiomètre en profondeur ne dépasse pas 100 cb. La finalité de l'arrosage n'est pas d'humecter la surface du sol mais d'amener l'eau aux racines.
  • couvrir le sol (dalle de jute ou de liège, paille, vieux foin, ...) en l'absence de risques de sangliers et de campagnols. Sinon réaliser un binage après chaque arrosage, une fois le sol ressuyé.
  • en conditions méditerranéennes, réaliser une cuvette (5 cm de profondeur) autour du plant afin de capter l'eau des pluies.
  • ne pas arrêter les arrosages avant mi à fin septembre.
  • rajouter avec l'eau d'arrosage, à partir de mai-juin, des stimulants racinaires type Dop'actif (Ovinalp), Osiryl (Frayssinet) ou autres.
  • protéger les plants contre lapin, lièvre, ...

en deuxième année : tailler à 2 yeux impératifs; l'arrosage reste indispensable mais sera plus espacé; enlever le raisin aux plants (jusqu'à l'âge de 4-5 ans) ; en sortie d'hiver mettre de l'engrais azoté organique sinon mettre du stimulant rainiare avec l'arrosage.

en troisième année : si le plant est faible vigueur moins de 60 cm de long et de faible diamètre tailler à nouveau entre 3-4 yeux; faire tomber le raisin

au niveau de la taille de formation, il est impératif de respecter le circuit de sève du plant depuis le point de greffe.

Remarque : les plants en pots ne sont intéressants qu'en sols frais, argileux et en présence d'un arrosage permanent type goutte à goutte, sinon à éviter au risque d'une forte mortalité.

Essai de greffage des vieilles vignes en 2015

Au lieu de complanter, opération lourde, fastidicieuse et peu sûre avec des plants fournis de qualité ... ; je vais tester le greffage des porte-greffe "vivants" que j'ai  conservé dans les vieilles vignes de grenache et dans le muscat de Hambourg.