Philosophie de mes pratiques au vignoble

Le domaine expérimental me permet d'explorer et de mettre en oeuvre des pratiques innovantes, afin d'en faire profiter mes clients viticulteurs mais aussi arboriculteurs.Karim_Riman_002.jpg

Les mots clés : nutrition de la vigne par la gestion de l'enherbement et de la vie du sol; contrôle sanitaire raisonné, cuivre dose réduite avec 1 objetif de moins de 1.5 kg de Cu métal/ha/an ; énergie de la vigne canalisée. Les produits expriment la quintessence du Terroir.

L'entretien de la fertilité du sol est réalisé par l'enherbement naturel un rang sur deux. L'herbe naturelle est maintenue sous le rang et tondue (avec la roue de Tonte de la marque Tallers Corbins). Quand les plantes pérennes s'isntallent (chêne ou autres),une intervention manuelle est très efficace (1 fois en 7 ans)

L'alternance tous les 2 ans de la rangée travaillée avec celle qui est enherbée paraît suffire aujourd'hui. L'incorporation au sol de l'enherbement a lieu après vendange, après la première pluie d'automne à l'aide d'un simple décompacteur à dents à 10-15 cm de profondeur maximum.

Aucun intrant au sol n'a été apporté depuis 2006, sauf dans une parcelle de raisin de table ayant un sol peu profond et où les vignes manquent de vigueur (en 2011 et 2012). Le plantier recevra en mars 2017 un amendement organique de chez Germiflore à 1,2 T /ha.

La protection des vignes: la recherche du nombre minimum de passages est la règle. La recherche de réduction des doses de cuivre est continue. En 2008 et 2009, moins de 3 kg/ha/an de cuivre avaient été utilisés. 4 apports de soufre mouillable à 75% de la dose et 1 poudrage au soufre (15 kg /ha) avec environ 5kg de bentonite en mélange.

Grâce à mon nouvel atomiseur IDEAL, en 2010 les apports ont été de 2.5kg de Cuivre métal/ha/an ; depuis 2011 les apports oscillent entre 1.2 et 1.5 kg de Cu métal/ha/an.

La réduction de doses de soufre a démarré en 2010 avec l'arrêt du poudrage pour des raisons environnementales et de voisinage :

  • utilisation de SDN (stimulateur des défenses naturelles) pour aider la vigne face à l'oïdium, Fénugrec (Stifénia)
  • réduction de dose en soufre de 50 à 75% des doses préconisées en soufre mouillable.

Par ailleurs j'utilise des acides aminés (Foliamine) en appoint foliaire et des mouillants (héliosol) pour fixer les produits et réduire les doses et le nombre de pasages en cas de pluies notamment en encadremlent de la fleur.

La pression des vers de la grappe est limitée par l'environnement des vignes, leur présence est contrôlée par des pièges sexuels à phéromones. Si besoin, ils sont traités en alternance entre Bacillus Thuringiensis (BT) et Spinosad :1 à 2 traitements sur Muscat noir et 1 sur raisin de cuve. La première génération n'est jamais traitée.