La stratégie de protection phytosanitaire des vignes depuis 2012 et les années qui suivent sont assez similaires ; sauf risque majeur ou exceptionnel mildiou, je démarre toujours de la même façon en encadrant la fleur au stade 10-12 feuilles étalées. pas de traitement à la fleur sauf lessivage du produit et risque accru mildiou.

Premier traitement : 2 jets ouverts avec mon atomiseur (Ideal 300 litres, porté) , 75-80 litres de bouillie / ha et  traitement 1rang sur 2 , adjonction d'un mouillant systématquement (tant le risque de pluies lessivantes est élevé); deux à trois formes de cuivre sont utilisées seules ou en mélange (sulfate de cuivre, hydroxyde de cuivre et gluconate de cuivre) ; si le risque mildiou est faible la dose en cuivre métal /ha est proche de 250 g (avec deux formes de cuivre) et si le risque est élevé la dose est d'environ 400 g (3 formes de cuivre).

Traitements suivants en période de risque mildiou : selon la végétation deux jets ou 3 jets ouverts donc de 80 à 125 litres/ha et traitement face/face ou alterance des faces.

Mon objectif est de ne pas dépasser 2 kg de Cu métal /ha/an : ceci a été largement atteint en 2012 et 2013. En 2014 avec les pluies incessantes et surtout les deux grêles du 12 juin et du 25 juillet, le compte reste à faire.

La stratégie oïdium : j'ai mis de côté le test du SDN Stifénia avant fleur (pour des raisons pratiques) et j'ai opté pour une dose optimisée en soufre avec un maximum en soufre mouillable à 8k/ha/traitement. Objectif atteint avec une présence faible à nulle selon les parcelles ; j'ai réalisé un poudrage en 2013 sur une parcelle sensible à l'oïdium.

La protection contre les vers de la grappe est privilégiée sur raisin de table, mise en place de pièges dans deux secteurs éloignés, et traitement en fonction du risque : élevé en 2012 (donc protection), faible en 2013 (aucune protection),

Télécharger le fichier protection_phyto_riman_2012.pdf